Le Moussem d’Imilchil, entre fiançailles et folklore

Située dans le cœur du Haut-Atlas, la ville d’Imilchil est le symbole de la tradition Berbère au Maroc. Son célèbre Moussem attire de plus en plus de visiteurs étrangers et marocains. En effet, le Festival d’Imilchil est une histoire de mariage collectif entres les jeunes célibataires de la région de l’Atlas. L’origine de cette célébration remonte à très loin…

L’idée d’un tel Moussem est née d’une histoire légendaire, inspirée d’événements historiques authentiques des tribus berbères qui étaient en perpétuelles guerres inter tribales. Aït Ibrahim et Aït Yaaza étaient les deux fractions rivales de la tribu des Aït Hdiddou. Selon la légende, une jeune fille des Aït Yaaza aimait un beau jeune homme des Aït Ibrahim, dans une sorte de Roméo et Juliette berbère du Haut-Atlas. Ils connurent la même destinée tragique: mourir sans arriver ni à s’aimer ni à se marier. Ce drame fit couler beaucoup de larmes, qui donnèrent naissance aux lacs Isli (le fiancé) et Tilsit (la fiancée). Radouane Bnou Noucair

Inspiré par cette légende, le Festival d’Imilchil continue à attirer chaque année de nombreux curieux. Un marché est également tenu durant la période du festival afin de promouvoir l’activité économique de la ville.

Cérémonie du Mariage d’Imilchil

Durant la période du festival, la ville est en effervescence! Les tribus d’Aït Haddidou, Aït Morghad, Aït Izdeg et Aït Yahia se retrouvent tous ensembles autour d’un marché où se mêle bétail, alimentation, habits et objets artisanaux.

Les berbères ont choisi ce Moussem pour préserver leurs traditions” explique Zahra Kirat, native de la ville de Marrakech qui, accompagnée de son mari et ses filles séjournent dans la région pour profiter des festivités. “C’est loin d’être qu’une simple cérémonie de mariage collective, c’est un marché géant où se retrouvent danseurs et chanteurs et où les villageois mettent leurs plus belles Djellaba et où les petites filles s’ornent de leurs bijoux berbères”.

Les mariages se déroulent dans une grande tente pas loin de là où se situe le Moussem. Le principe des unions est simple: Ne se marient que ceux qui se sont rencontrés l’année d’avant lors du festival! Ainsi, l’union s’officialise dans cette tente en présence des parents et de la famille des couples. Après la signature de l’acte de mariage, les parents accompagnent le nouveau couple chez eux afin de commencer la cérémonie de mariage en famille.

Le mariage se déroule sur trois jours. La mariée est habillée et ornée de bijoux offerts par son mari. Une proche de la mariée aide celle-ci à se préparer et commence par lui mettre des plantes odorantes dans ses cheveux. Elle sera amenée par la suite chez son mari sur le dos d’un âne et s’installera dans une petite tente à côté durant les trois jours de mariage. Son visage sera recouvert d’un voile rouge, symbole de fertilité.

Avant de rentrer chez son mari, la mariée doit faire trois tours autour de la maison tout en aspergeant les invités de lait, autre symbole de fertilité!

Le Festival d’Imilchil préserve la pure tradition Amazigh et offre à ses invités un spectacle inédit où l’on retrouve la simplicité d’une émotion éternelle.

Crédit photos : Zacarias Garcia

Laisser un commentaire