Célébration de Yennayer, le nouvel an Amazigh au Maroc

Les Amazighen célèbrent chaque année, au Maroc et dans les pays de culture berbérophone, le nouvel an Yennayer (ou Innayr chez les Chleuh du sud du Maroc). C’est une tradition ancestrale présente en Afrique du nord bien avant l’arrivée de l’Islam dans la région.

Le calendrier berbère étant décalé de 950 années par rapport au calendrier grégorien, 2021 équivaut à 2970 ! Le premier jour Yennayer correspond au premier jour du calendrier agraire, utilisé par les berbères depuis plusieurs siècles pour les aider dans leur activité agricole.

Célébration du Yennayer au Maroc, tout un art !

Au Maroc, les festivités du nouvel an Amazigh concernent plus de 8 millions de berbères et se déroulent le 13 janvier, veille du 1er jour de l’an. Femmes et hommes affichent fièrement leurs habits traditionnels berbères et présentent leurs vœux en musique ! Ainsi, Ahwach et Ahidouss sont chantés et dansés pour célébrer ce premier jour de l’an. Un art transmis et préservé de génération en génération.

Troupe d’Ahidous

Yennayer, à table !

La table du Innayr est différente d’une région à l’autre. Elle est constituée d’un couscous berbère aux sept légumes, de différentes douceurs et d’un mélange de fruits secs et de noix. Le tout est accompagné d’un bon thé à la menthe.

Dans la région de Tafraout, un plat appelé Ourkimen, fait à base de toutes les légumineuses, est servi dans un grand plat avec un bol d’huile d’olive au centre. Dans ce plat spécial, un noyau de datte (Aghermi) est caché, façon fève de la galette des rois. Celui qui le trouve sera chanceux toute l’année !

Couscou berbère

Autres plats festifs, le Berkoukes, le Tagoulla (ou Assidah). Il est dressé avec du Amlou (purée d’amandes torréfiées et mélangées avec de l’huile d’Argan et du miel).

Source : Matin TV

Yennayer, jour férié au Maroc ?

Selon un recensement de 2004, huit millions de personnes – c’est-à-dire un quart des Marocains – parlent quotidiennement l’une des trois langues amazighes courantes au Maroc. Source : Jeune Afrique

Afin d’inscrire la culture Amazigh dans le quotidien d’un Maroc majoritairement arabisé, l’un des vœux du collectif de défenseurs de la cette culture est de faire de Yennayer un jour férié. De ce fait, le mouvement Amazigh marocain a saisi le parlement ainsi que le chef du gouvernement.

La reconnaissance officielle de la culture Amazigh est présente, depuis 2011, dans le texte constitutionnel qui a rendu officiel la langue Tamazight.

Assegaz amegaz à mes lecteurs Amazighen !

Laisser un commentaire